Lait contaminĂ© avec des dĂ©rivĂ©s d’hydrocarbures

Si ce message ne s'affiche pas correctement, consultez la version en ligne ici
Logo Foodwatch

Bonjour,

Huit mois. DĂ©jĂ  huit mois que foodwatch a lancĂ© l’alerte en Europe en publiant des rĂ©sultats de tests en laboratoires qui rĂ©vĂ©laient que plusieurs laits infantiles Ă©taient contaminĂ©s par des MOAH, dĂ©rivĂ©s d’hydrocarbures reconnus dangereux pour la santĂ©. En France, deux produits – de NestlĂ© et de Danone - sont concernĂ©s :

  • Nidal Lait en poudre 1er Ăąge, De 0 Ă  6 mois (NestlĂ©)
  • Gallia Galliagest Croissance sans lactose, De 12 mois Ă  3 ans (Danone)

Huit mois, c‘est long, trop long quand il s’agit de protĂ©ger la santĂ© des enfants. Surtout que le problĂšme de contamination est connu de tous les responsables industriels et politiques, et que vous ĂȘtes plus de 64 000 Ă  avoir signĂ© la pĂ©tition demandant Ă  NestlĂ© et Danone de rĂ©agir.

Depuis ? Beaucoup de bruit et de rĂ©unions Ă  Bruxelles mais toujours pas de rĂšglementation pour mettre fin Ă  cette contamination, et un silence assourdissant des autoritĂ©s françaises ainsi que des deux gĂ©ants de l’alimentaire. C’est inacceptable.

Nous avons donc besoin de vous pour secouer Nestlé et Danone. Plus nous seront nombreux·ses à les interpeller directement, moins ils pourront se cacher et rester silencieux.

Nous haussons aussi le ton en agissant en justice : foodwatch a saisi par voie d’avocat 109 PrĂ©fets français pour leur demander le retrait et le rappel des produits incriminĂ©s. Nous avons aussi redemandĂ© officiellement Ă  la RĂ©pression des fraudes (DGCCRF) de publier les rĂ©sultats des tests publics qu’elle a effectuĂ©s sur des laits infantiles, qui confirment ce problĂšme de contamination, et de prendre des mesures. 

DĂ©cidĂ©ment, il faut se battre pour obtenir plus de transparence et une alimentation plus saine. Mais, avec vous, j’en suis convaincu, nous pouvons faire changer les choses !  

 

fw-FR-equipe-2019-camille.jpg

Camille | Responsable de campagnes

PS :  Votre soutien est la garantie de notre indĂ©pendance : foodwatch refuse toute subvention publique ou d’entreprises qui prĂ©sentent le moindre conflit d’intĂ©rĂȘt. Merci !

66% du montant de vos dons sont dĂ©ductibles de vos impĂŽts, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Par exemple un don mensuel de 10 € vous revient Ă  3,40 €