La réaction de foodwatch
Si ce message ne s'affiche pas correctement, consultez la version en ligne ici
Logo Foodwatch

Communiqué de presse

Paris, le 6 avril 2022.

Œufs Kinder, pizzas Buitoni et fromages Lactalis contaminés : le système favorise ces scandales alimentaires pourtant évitables, selon foodwatch

A quelques jours d’intervalle, trois scandales alimentaires éclaboussent trois géants de l’agroalimentaire. Pour foodwatch, ils sont malheureusement révélateurs d’un système défaillant en matière de protection des consommateurs, qu’il faut urgemment réformer. foodwatch a coutume de dire que la question n’est pas de savoir si un nouveau scandale va éclater mais quand. Malheureusement, dans ces derniers cas, de nombreuses victimes des bactéries E.coli et salmonelles sont des enfants. Comme trop souvent, le rappel des produits intervient quand il est trop tard et qu’ils ont déjà été consommés. Et les entreprises semblent tomber des nues, n’ont rien vu.

« Ces trois affaires – Buitoni, Kinder et Graindorge – montrent qu’on ne peut pas faire confiance à Nestlé, Ferrero et Lactalis, pourtant leaders sur leur secteur, et que le système d’auto-contrôles confié aux industriels n’est pas suffisamment efficace. Dans les deux premiers cas, ce sont les autorités qui ont dû tirer la sonnette d’alarme. Alors que l’alerte aurait dû partir des fabricants. Comment Nestlé et Ferrero, responsables de s’assurer de la sécurité des aliments qu’ils commercialisent, ont-elles pu laisser sortir de leurs usines depuis des semaines des produits contaminés sans le remarquer ? La question est posée et nous exigeons la transparence sur ce point », commente Ingrid Kragl de foodwatch.

Tandis que foodwatch salue la réactivité des autorités sur l’enquête liée à Buitoni, l’association s’interroge sur le délai de réaction concernant les œufs Kinder : « Le réseau d’alerte européen a informé les Etats membres le 25 mars. Les autorités britanniques ont informé les citoyens dès le 2 avril. La Belgique d’où est partie la contamination Ferrero a procédé au rappel le 4 avril. Les autorités françaises ont envoyé un communiqué mardi 5 avril. Pourquoi ce retard alors qu’on parle d’un problème de santé publique grave ? », poursuit foodwatch.

Ces trois affaires s’avèrent bien plus importantes qu’elles n’en ont l’air : pour Ferrero, sept pays sont concernés par le rappel : la Grande-Bretagne, l’Irlande, la France, l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, la Belgique. Concernant Buitoni, foodwatch révèle que ces pizzas Fraîch’Up fabriquées en France ont été commercialisées dans 15 pays africains au moins : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo (Brazzaville), la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo, Djibouti, le Gabon, la Guinée, Madagascar, le Mali, Maurice, le Maroc, le Niger, le Sénégal. Par ailleurs, le Qatar, la Slovénie et la Suisse figurent également sur la liste des pays concernés par l’alerte.

foodwatch dénonce un schéma qui se répète et ne permet pas d’éviter les scandales sanitaires :

  • De la réaction au lieu de la prévention: le retrait-rappel des produits intervient alors qu’il est déjà trop tard, alors ont déjà été achetés et souvent même consommés. Les produits Buitoni rappelés ont été commercialisés ici depuis… juin 2021. Pour les œufs Kinder, la Grande-Bretagne aurait identifié des lots concernés remontant à décembre 2021.

  • Le problème posé par les autocontrôles: la loi fait peser une obligation d’autocontrôles sur les opérateurs de l’industrie agroalimentaire afin de s’assurer de la conformité des produits commercialisés. Si un exploitant a des raisons de penser qu’une denrée peut être préjudiciable à la santé humaine, il est contraint d’en informer immédiatement les autorités compétentes. Ces autocontrôles ont-ils été réalisés scrupuleusement chez Buitoni et Ferrero ? Ont-ils révélé un risque ? Les entreprises ont-elles fait remonter toutes les informations auprès des autorités ? Quelles actions les autorités ont-elles prises (ou pas) ? Comment se fait-il qu’elles semblent aujourd’hui tomber des nues et n’ont rien remarqué ? La Cour des comptes pointait déjà du doigt en 2013 des anomalies graves liées aux autocontrôles. Elle dénonçait le fait que des non-conformités révélées par des autocontrôles n’étaient pas toujours portées à la connaissance de l’Etat. Elle évoquait des mesures plus contraignantes qui n’ont pas été mises en œuvre.

  • Des sanctions peu dissuasives: au vu des images choquantes diffusées par MrMondialisation en mai 2021 montrant l’usine Buitoni, on a de fortes raisons de penser que ce scandale était évitable. Ce type d’affaire va rarement jusqu’au tribunal. Les fabricants s’en sortent trop souvent en toute impunité. Par exemple, lors des ratés dans les rappels de lait Lactalis contaminé, la grande distribution s’en est sortie en toute impunité. C’est le nœud du problème : les sanctions devraient être dissuasives et exemplaires, pour que tous les opérateurs prennent leurs responsabilités.

  • Le manque cruel de moyens à la hauteur de l’enjeu : sur le terrain, les moyens dédiés aux contrôles en France se réduisent comme peau de chagrin, permettant aux opérateurs peu scrupuleux de passer à travers les mailles du filet. En 2022, les rangs de la Répression des fraudes (DGCCRF) comptaient 442 agents de moins que dix ans auparavant. Du côté de la Direction générale de l’alimentation en charge de l’inspection vétérinaire (abattoirs, etc.) et aussi phytosanitaire (pesticides), le nombre des inspections sur la sécurité sanitaire des aliments a diminué de 33% entre 2012 et 2019 (chiffres des rapports annuels de la DGAL). In fine, c’est la responsabilité des autorités publiques de protéger la santé des consommateurs.trices

Contacts presse

foodwatch France – Ingrid Kragl, ingrid.kragl@foodwatch.fr, 06 01 23 12 46

A propos de foodwatch

foodwatch est une organisation à but non lucratif qui se bat pour une alimentation sans risques, saine et abordable pour tous et toutes. Nous faisons entendre la voix des consommateurs∙rices, nous militons pour plus de transparence dans le secteur alimentaire, et défendons notre droit à une alimentation qui ne porte atteinte ni aux personnes, ni à l’environnement. foodwatch est un contre-pouvoir citoyen et lanceur d’alerte dans le secteur alimentaire. foodwatch est totalement indépendante et refuse tout subvention des gouvernements et de l’industrie agroalimentaire. Nous agissons aux niveaux national et européen, et sommes présents en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche et à Bruxelles.